Slide 1 Slide 2 Slide 3
Slide 2
Slide 2
Slide 2
Slide 2
Slide 2
Slide 2
Slide 2
Slide 2

actualité

Ufast et Raidco livrent leur patrouilleur de nouvelle génération au Sénégal

20130928201938_a1

Le patrouilleur sénégalais Ferlo, première unité du type RPB 33 – crédits : GUILLAUME PLISSON Il s’appelle Ferlo et, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il a de l’allure. Dernier-né de la gamme de patrouilleurs conçus par Raidco Marine et le chantier finistérien Ufast, le bâtiment vient d’être livré à la marine sénégalaise. Il [...]

Le patrouilleur sénégalais Ferlo, première unité du type RPB 33 – crédits : GUILLAUME PLISSON

Il s’appelle Ferlo et, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il a de l’allure. Dernier-né de la gamme de patrouilleurs conçus par Raidco Marine et le chantier finistérien Ufast, le bâtiment vient d’être livré à la marine sénégalaise. Il doit appareiller aujourd’hui de Lorient pour rejoindre Dakar, son équipage ayant au préalable suivi une formation opérationnelle complète. Celle-ci a été assurée par Raidco Marine, qui compte également une équipe de trois personnes à bord pour le transit vers le Sénégal.

Nous vous dévoilons aujourd’hui les premières images à la mer de ce premier RPB 33, des vues réalisées par Guillaume Plisson au cours d’une campagne d’essais intensive au large de la Bretagne. Des tests qui, selon Raidco Marine, ont « mis en évidence les qualités nautiques exceptionnelles de la carène signée Camarc et les capacités opérationnelles du navire, grâce entre autres à sa passerelle surélevée à vision panoramique, à son embarcation semi-rigide d’intervention en radier, à ses moyens de communication et d’aides à la navigation modernes, à son large rayon d’action et à ses moyens de prévention et d’action parfaitement adaptés à ses missions ».

Le Ferlo (© : GUILLAUME PLISSON)

Le Ferlo (© : GUILLAUME PLISSON)

Le Ferlo (© : GUILLAUME PLISSON)

 

Capable de filer à plus de 40 noeuds

Première unité du type RPB 33, le Ferlo mesure, comme son nom l’indique, 33 mètres de long. Mise en œuvre depuis une rampe située à l’arrière, son embarcation rapide de 6.15 mètres peut dépasser la vitesse de 40 nœuds. Capable d’accueillir confortablement un équipage de 17 marins, le patrouilleur présente une autonomie de 1500 milles à 15 nœuds et autorise un séjour en mer de près d’une semaine sans ravitaillement. Côté propulsion, Raidco Marine et Ufast proposent, sur ce modèle, des motorisations permettant au RPB 33, sur hélices à lignes d’arbres ou hydrojets, selon le choix du client, de naviguer à plus de 40 nœuds. Concernant l’armement, le Ferlo sera doté d’un canon de 20mm et deux mitrailleuses de 12.7mm, qui seront montés au Sénégal.

    
Le Ferlo (© : GUILLAUME PLISSON)

 

Deux nouvelles unités pour le Togo

Doté d’une superstructure en aluminium, ce type de patrouilleur peut être réalisé avec une coque en matériaux composites (verre/résine) ou en acier. Alors que le Ferlo adopte le CVR, deux nouveaux RPB 33, commandés cette fois par le Togo, auront des coques en acier. Celles-ci seront réalisées par le chantier STX de Lorient, Ufast se chargeant des superstructures, ainsi que de l’armement de l’ensemble. Les deux patrouilleurs togolais sont livrables en mars et juillet 2014.

       
Le Ferlo (© : GUILLAUME PLISSON)

Raidco Marine et Ufast misent beaucoup sur cette nouvelle génération de bâtiments, développée pour répondre aux besoins croissants de surveillance et de contrôle des espaces maritimes (lutte contre les trafics illicites, l’immigration clandestine, le terrorisme et la piraterie, police des pêches…). Des missions qui  nécessitent l’emploi de plateformes robustes et marines, capables de mener de longues patrouilles dans la zone économique exclusive et dotées de moyens de détection et d’intervention performants. Le tout avec des exigences très fortes concernant les coûts de construction, d’exploitation et de maintenance

 

Une gamme élargie de patrouilleurs 

     
Vue du futur OPV 45 (© : RAIDCO MARINE)

Avec le RPB 33, Raidco Marine complète sa gamme, qui s’étend de la vedette de 20 mètres (RPB 20, vendue à 60 exemplaires) au patrouilleur de 70 mètres (OPV 70, la tête de série ayant été livrée au Maroc en 2011). Avec un petit nouveau de 45 mètres, l’OPV 45, dont un premier exemplaire a été commandé par le Sénégal. Le bâtiment, dont la construction va débuter chez STX Lorient, sera livré dans un an.

Jeudi 18 avril 2012

img-a-la-une

Sortie d’atelier du premier patrouilleur de 33 mètres chez Ufast à Quimper. Virginie Monnier Fleury, Gérante du chantier naval Ufast Jeudi 18 avril 2013 ©Guillaume PLISSON, photo libre de droit Dans le cadre de son partenariat avec la société Lorientaise Raidco Marine, le chantier naval Ufast vient de procéder à la sortie d’atelier (rool-out) du premier [...]

Sortie d’atelier du premier patrouilleur de 33 mètres chez Ufast à Quimper.

Virginie Monnier Fleury, Gérante du chantier naval Ufast Jeudi 18 avril 2013

image-1

©Guillaume PLISSON, photo libre de droit

Dans le cadre de son partenariat avec la société Lorientaise Raidco Marine, le chantier naval Ufast vient de procéder à la sortie d’atelier (rool-out) du premier patrouilleur de 33 mètres, entièrement conçu et réalisé à Quimper. Cette opération marquante précède la phase fi nale de mise à l’eau et d’essais avant livraison. C’est un évènement pour le chantier mais également pour la ville de Quimper puisque ce sera le plus grand bateau jamais construit et mis à l’eau au port du Corniguel. Ce patrouilleur dont la coque est réalisée en Composite Verre Résine (CVR) pour en faciliter l’entretien, est destiné à une marine nationale étrangère. La mission de ce patrouilleur sera de contribuer à l’affi rmation de la souveraineté de ce pays sur son espace maritime.

Les risques et activités illicites en mer sont malheureusement en constante augmentation : terrorisme, piraterie, trafi cs en tous genres, pêche illégale, immigration clandestine… De la police des pêches à la mise en oeuvre d’équipes de contrôle et d’assaut, le patrouilleur moderne doit donc couvrir un large éventail de missions dans le cadre de l’Action de l’Etat en Mer.

Dans le même temps, les marines et administrations intéressées par ce type de navire sont de plus en plus confrontées à des budgets trop restreints pour acquérir des unités de combat complexes à mettre en oeuvre et coûteuses à entretenir. Le RPB 33 a donc été conçu comme un patrouilleur d’un nouveau genre offrant des capacités innovantes et particulièrement adaptées aux missions de sécurité maritime.

C’est un bâtiment performant et robuste, doté d’une excellente tenue à la mer et capable de mener de longues patrouilles dans la zone économique exclusive d’un pays. Il embarque l’ensemble des moyens de prévention et d’action destinés à satisfaire les tâches de surveillance et de police en mer : une embarcation d’intervention rapide de 6,20 mètres, des moyens de communication performants, des aides à la navigation et à l’identifi cation modernes font partie de l’équipement standard. Doté d’une grande endurance pour un navire de cette taille, ce patrouilleur apporte une solution économique à la surveillance et à la sécurisation des approches maritimes. Depuis une passerelle à vision panoramique surplombant les superstructures, l’équipage appréhende rapidement l’environnement : la conduite nautique, le bon déroulement des manoeuvres de l’embarcation d’intervention, la tenue de situation et le contrôle des moyens d’action y sont assurés. Le chantier naval Ufast propose une gamme complète d’embarcations, vedettes et patrouilleurs destinés à l’Action de l’Etat en Mer, jusqu’à 35 mètres. Les différents contrats remportés notamment auprès de l’Administration Française (DGA, Marine Nationale, Gendarmerie, Police), ont permis de développer des solutions spécifi ques et performantes.

Le chantier vient également de fi naliser l’acquisition de l’ensemble des outillages permettant de redémarrer une nouvelle série de vedettes de vingt mètres de type RPB 20 plus connue en France sous l’appellation VCSM (24 vedettes exploitées par la Gendarmerie Maritime). Le chantier Ufast est organisé pour la construction en série de plates-formes modulaires qui permettent des adaptations précises et au meilleur coût, aux besoins spécifi ques de ses clients. En complément, les contrats intègrent de plus en plus des services annexes comme la formation des équipages, la livraison des pièces de rechange et la maintenance sur les sites d’exploitation (Maintien en Condition Opérationnelle).

Après avoir créé en 2011 un atelier de construction aluminium, en complément de son atelier de matériaux composites, Ufast a augmenté à nouveau sa capacité de production adaptant de nouveaux ateliers sur plus de 2 000 m2.

La direction de Ufast tient à souligner les efforts de l’ensemble du personnel du chantier pour cette construction de qualité qui a été réalisée dans le respect d’un planning contractuel serré. Ufast attache beaucoup d’importance à la qualifi cation et à la polyvalence de ses collaborateurs afi n de pouvoir réaliser en interne la quasi-totalité des navires à construire. Afin d’accompagner son développement, le chantier naval Ufast recherche actuellement des stratifi eurs, accastilleurs, menuisiers, mécaniciens, chaudronniers et soudeurs.
Chantier naval UFAST – 149 bis, avenue du Corniguel – Port du Corniguel – 29 000 QUIMPER France

Tel : +33 (0)2 98 53 63 68 – Fax : +33 (0)2 98 53 63 41 – commercial@ufast.fr

image-1

• Coque en CVR et superstructure en aluminium pour faciliter l’entretien,
• Carène à doubles bouchains pour une meilleure tenue à la mer,
• Passerelle surélevée panoramique spécialement adaptée aux missions,
• Embarcation d’intervention rapide semi-rigide mise en oeuvre à partir d’un radier (rampe inclinée) pour faciliter son emploi par tous les temps,
• Maintenabilité élevée pour réduire les coûts d’entretien,
• Automatisation poussée pour limiter les besoins en personnel,
• Installations conformes aux règlements de l’Organisation Maritime Internationale (OMI) concernant le respect de l’environnement.

©Ufast, maquette libre de droit
image-1

©Guillaume PLISSON, photo libre de droit

LA MER EN FACE : LA GENDARMERIE MARITIME DU HAVRE (EXTRAIT)

Capture d’écran 2013-04-12 à 14.06.13

À l’aide de la gendarmerie maritime, Jean Galfione explore le deuxième plus grand port de France : Le Havre. Entre surveillance du trafic côtier, sécurisation de l’espace de transit et escorte de ferry, Jean découvre l’ampleur de Port 2000. cliquer ici  pour voir la vidéo.

À l’aide de la gendarmerie maritime, Jean Galfione explore le deuxième plus grand port de France : Le Havre. Entre surveillance du trafic côtier, sécurisation de l’espace de transit et escorte de ferry, Jean découvre l’ampleur de Port 2000.

cliquer ici  pour voir la vidéo.

Vedette rapide Plexaure. Le bijou du chantier Ufast

actu-article-mag-2

Article du journal des entreprises de novembre 2012

Article du journal des entreprises de novembre 2012 actu-article-mag-21

Ufast. Ses vedettes cinglent à l’export

actu-article-mag

Article du journal des entreprises de novembre 2012

Article du journal des entreprises de novembre 2012

Raidco Marine livre une vedette à la Gendarmerie nationale

36414

crédits : RAIDCO MARINE Raidco Marine doit livrer cette semaine la première d’une série de 11 vedettes destinées aux brigades nautiques de la Gendarmerie nationale. Longue de 11.6 mètres, cette embarcation, dotée de deux moteurs Yanmar de 315 cv chacun et d’une propulsion Z-drive, a atteint aux essais la vitesse de 37.5 noeuds. Disposant d’une [...]

. crédits : RAIDCO MARINE.

Raidco Marine doit livrer cette semaine la première d’une série de 11 vedettes destinées aux brigades nautiques de la Gendarmerie nationale. Longue de 11.6 mètres, cette embarcation, dotée de deux moteurs Yanmar de 315 cv chacun et d’une propulsion Z-drive, a atteint aux essais la vitesse de 37.5 noeuds. Disposant d’une cabine pouvant accueillir 6 personnes, ce bateau en aluminium avec carène en « V » est totalement différent des 8 vedettes de surveillance maritime et portuaire (VSMP) livrées cette année par Raidco à la Gendarmerie maritime.
Destinée aux gendarmes de Saint-Pierre et Miquelon, la nouvelle vedette rejoindra l’île française sur le pont d’un cargo. Les embarcations suivantes, qui doivent être livrées entre octobre 2011 et juin 2012, auront une propulsion différente. Dotées d’hydrojets, elles doivent pouvoir atteindre la vitesse de 33 noeuds. Du type UFC 11.00, ces vedettes sont conçues pour assurer des missions de surveillance côtière dans la bande des 5 nautiques. Comme les VSMP, elles ont été réalisées par Ufast. On notera qu’à l’occasion de ce contrat, le chantier de Quimper a ouvert un nouvel atelier dédié aux coques en aluminium, embauchant au passage 6 nouveaux salariés.

Raidco et Ufast livrent deux nouvelles vedettes à la gendarmerie

40789

Vedette du type UFC 11.00 Alu WJ de la Gendarmerie nationale crédits : RAIDCO MARINE Raidco Marine doit livrer cette semaine deux nouvelles vedettes commandées par la gendarmerie française et réalisées par le chantier Ufast de Quimper. Il s’agit des troisième et quatrième unités d’un contrat portant sur la réalisation de 11 bateaux, dont le [...]

Vedette du type UFC 11.00 Alu WJ de la Gendarmerie nationale. crédits : RAIDCO MARINE.
Vedette du type UFC 11.00 Alu WJ de la Gendarmerie nationale

Raidco Marine doit livrer cette semaine deux nouvelles vedettes commandées par la gendarmerie française et réalisées par le chantier Ufast de Quimper. Il s’agit des troisième et quatrième unités d’un contrat portant sur la réalisation de 11 bateaux, dont le premier a été livré en septembre 2011. Du type UFC 11.00 Alu WJ, ces vedettes, conçues pour assurer des missions de surveillance côtière dans la bande des 5 nautiques, mesurent 11.6 mètres de long et disposent d’une coque en aluminium avec carène en « V ». Destinées aux brigades nautiques de la Gendarmerie nationale, elles disposent d’une cabine pouvant accueillir 6 personnes.
La tête de série, remise à l’automne aux gendarmes de Saint-Pierre et Miquelon, est dotée de deux moteurs Yanmar de 315 cv chacun et d’une propulsion Z-drive. Elle a atteint aux essais la vitesse de 37.5 noeuds. Les vedettes suivantes sont dotées d’hydrojets et peuvent atteindre la vitesse de 33 noeuds. Les autres bateaux de la série doivent être livrés par Raidco d’ici juin prochain.


(© : RAIDCO MARINE)


(© : RAIDCO MARINE)

Raidco Marine livre une 10ème vedette à la gendarmerie

46247

Raidco Marine livre une 10ème vedette à la gendarmerie      10/07/2012 Vedette du type UFC 11.00 livrée à la gendarmerie nationale. crédits : RAIDCO MARINE. C’est aujourd’hui que Raidco Marine doit livrer à la gendarmerie nationale sa 10ème vedette du type UFC 11.00, un modèle développé et réalisé par le chantier Ufast de Quimper. Il [...]

Raidco Marine livre une 10ème vedette à la gendarmerie      10/07/2012

Vedette du type UFC 11.00 livrée à la gendarmerie nationale. crédits : RAIDCO MARINE.

Vedette du type UFC 11.00 livrée à la gendarmerie nationale. crédits : RAIDCO MARINE. C’est aujourd’hui que Raidco Marine doit livrer à la gendarmerie nationale sa 10ème vedette du type UFC 11.00, un modèle développé et réalisé par le chantier Ufast de Quimper. Il s’agit de la G1110 POLYNOE, qui sera basée au Grau du Roi. La 11ème de la série, la G1111 PRONOE, doit être livrée le 25 juillet et rejoindra Ouistreham. En plus de la commande initiale de 11 bateaux, la gendarmerie a commandé une 12ème unité en avril dernier. Elle doit être livrée au dernier trimestre et sera affectée à Port Saint-Louis du Rhône. Destinées aux brigades nautiques de la Gendarmerie nationale en métropole et outre-mer, ces vedettes sont conçues pour assurer des missions de surveillance côtière dans la bande des 5 nautiques. Mesurant 11.6 mètres de long pour 3.15 mètres de large, elles disposent d’une coque en aluminium avec carène en « V » profond, leur cabine pouvant accueillir 6 personnes.
(© : RAIDCO MARINE)

Une propulsion très performante fournie par Ultrajet et Yanmar

En dehors de la première unité (G1101 SAO, livrée en septembre 2011), destinée à Saint-Pierre et Miquelon et dotée d’une embase Z-Drive (vitesse maximale de 37 noeuds), la propulsion de toutes les nouvelles vedettes comprend un hydrojet fourni par Ultrajet. « La propulsion par hydrojets procure un niveau de sécurité accru pour les plongeurs lors de leur investigations sous-marines, et permettent une navigation dans des eaux très peu profondes : le tirant d’eau est de 70 cm. Le modèle choisi est l’hydrojet ULTRAJET 305, qui est équipé d’une hélice de 300 mm de diamètre, caractéristique primordiale pour l’obtention d’accélérations franches : on passe allégrement de 0 à 30 noeuds en 14 secondes. La vitesse maximale obtenue est de 34 noeuds », explique-t-on chez Ultrajet. Concernant la motorisation, chaque vedette compte deux moteurs YANMAR 6LP développant 315 cv chacun, qui ont été sélectionnés pour leur niveau de performance élevé, allié à un encombrement et une masse réduits. Alors que 9 bateaux sont déjà en service au sein des brigades nautiques, les retours sont semble-t-il excellents. « Les gendarmes sont très satisfaits », confirme-t-on chez Raidco Marine.


ULTRAJET 305 (© : ULTRAJET)


YANMAR 6LP (© : YANMAR)

Les affectations des nouvelles vedettes

Alors que la G1101 SAO a donc été livrée en septembre 2011 pour la brigade de Saint-Pierre et Miquelon, la série comprend également, déjà en service, la G1102 ACTAE (novembre 2011, Lézardrieux), la G1103 AMATHEE (décembre 2011, Roscoff), la G1104 CYMOTHOE (mars 2012, La Réunion), la G1105 EULIMENE (février 2012, Calais), la G1106 GALENE (février 2012, Pornic), la G1107 PANOPE (mars 2012, Saint-Cyprien), la G1108 PHEROUSA (avril 2012, Arcachon) , la G1109 PLEXAURE (mai 2012, Quiberon).


(© : RAIDCO MARINE)

Quiberon : Une nouvelle vedette pour la Gendarmerie Nationale

vuf

Une vedette rapide du type UFC 11.00 crédits : MARINE NATIONALE – F. BALSAMO Les moyens de la Gendarmerie Nationale dans le Morbihan se renforcent avec l’entrée en service d’une nouvelle vedette rapide basée à Quiberon. Baptisée hier à Port-Haliguen, la Plexaure est l’une des 12 unités du type UFC 11.00 réalisées par le chantier [...]

Une vedette rapide du type UFC 11.00. crédits : MARINE NATIONALE - F. BALSAMO.
Une vedette rapide du type UFC 11.00

Les moyens de la Gendarmerie Nationale dans le Morbihan se renforcent avec l’entrée en service d’une nouvelle vedette rapide basée à Quiberon. Baptisée hier à Port-Haliguen, la Plexaure est l’une des 12 unités du type UFC 11.00 réalisées par le chantier Ufast de Quimper et commercialisées par Raidco Marine. Ces vedettes en aluminium longues de 11 mètres peuvent atteindre la vitesse de 35 nœuds grâce à deux moteurs de 315 cv. Dans la cabine, des sièges suspendus à absorption de chocs permettent à l’équipage de 6 hommes de se consacrer dans les meilleures conditions à la navigation, à la communication, à la surveillance et à la préparation des interventions. Dans le même esprit, les concepteurs du chantier UFAST ont optimisé tout ce qui concourt à faciliter le travail de l’équipage : visibilité à 360° de l’intérieur, grosse défense d’abordage, propulsion par hydrojets pour la manoeuvrabilité et pour la mise à l’eau des plongeurs en toute sécurité, vaste plate-forme arrière et pont dégagé.

Raidco Marine et Ufast lancent un nouveau modèle de patrouilleur

rpb_33_avt

Fort de l’expérience acquise avec la série des RPB 20, produits à une soixantaine d’exemplaires pour une dizaine de pays, Raidco Marine et le chantier naval UFAST de Quimper ont développé un patrouilleur de 33 mètres de nouvelle génération à même de satisfaire de nouveaux besoins. Ces dernières années, en effet, les missions ont évolué [...]

crédits : RAIDCO MARINE.

Fort de l’expérience acquise avec la série des RPB 20, produits à une soixantaine d’exemplaires pour une dizaine de pays, Raidco Marine et le chantier naval UFAST de Quimper ont développé un patrouilleur de 33 mètres de nouvelle génération à même de satisfaire de nouveaux besoins.

Ces dernières années, en effet, les missions ont évolué en matière de sauvegarde maritime. Les risques et activités illicites en mer sont en constante augmentation : terrorisme, trafics en tous genres, pêche illégale, immigration clandestine. Face à ces fléaux et faute de navires adaptés, les Etats sont souvent condamnés à l’impuissance ou à l’emploi d’unités aux moyens inadaptés.

De la police des pêches à la mise en œuvre d’équipes de contrôle et d’assaut, le patrouilleur moderne doit donc couvrir un large éventail de mission.

Dans le même temps, les marines et administrations intéressées par ce type de navire sont de plus en plus confrontées à des budgets trop restreints pour acquérir des unités de combat performantes mais complexes à mettre en œuvre et coûteuses à entretenir. Le RPB 33 a donc été conçu comme un patrouilleur d’un nouveau genre offrant des capacités innovantes et particulièrement adaptées aux missions de sauvegarde maritime.

C’est un bâtiment simple et robuste, capable de mener de longues patrouilles en mer. Il embarque l’ensemble des moyens de prévention et d’action destinés à satisfaire les tâches de surveillance et de police en mer : embarcation d’intervention rapide, moyens de communication performants, aides à la navigation et à l’identification modernes font partie de l’équipement standard. Doté d’une grande autonomie pour un navire de cette taille, le RPB 33 apporte, selon Raidco Marine, une solution économique à la surveillance et à la sécurisation des approches maritimes.

Patrouilleur du type RPB 33 (© : RAIDCO MARINE)

 

Passerelle panoramique, embarcation d’intervention et moyens d’autidéfense

 

Depuis une passerelle à vision panoramique surplombant les superstructures, l’équipage appréhende rapidement l’environnement : la conduite nautique, le bon déroulement des manœuvres de l’embarcation d’intervention, la tenue de situation et le contrôle des moyens d’action y sont assurés.

Le RPB 33 est proposé avec un canon de 20 mm sur la plage avant. Celui-ci a une portée de 2 km et, s’il est opéré manuellement, peut bénéficier d’un système d’aide à la visée électro-optique. Ce matériel, qui permet de réaliser des coups de semonce et des tirs au but lorsque cela est nécessaire, délivre des obus explosifs ou inertes, au coup par coup ou en rafale. Une arme de petit calibre à très haute cadence de tir type « minigun » peut également être installée à bord ou sur l’embarcation d’intervention pour assurer l’autodéfense rapprochée du patrouilleur ou la protection de l’équipe d’intervention. Ces armes sont toutes deux aussi dissuasives que destructrices.

Le RPB 33 est également équipé de moyens d’action non létaux : un haut-parleur de grande puissance type « LRAD » (Long Range Acoustic Device) ou un illuminateur laser couplé à une caméra vidéo stabilisée sont des équipements qui ont déjà prouvé leur efficacité pour déstabiliser, perturber et empêcher des actions illicites. Ces systèmes sont particulièrement adaptés pour discriminer, identifier et dissuader toute menace possible ou confirmée que le patrouilleur peut être amené à contrer.

La première unité du type RPB 33, destinée à la marine sénégalaise, est en cours de construction en Bretagne.

Arles : la nouvelle arme des gendarmes nautiques

VEDETTE GENDARMERIE PONTOMEDUSA

Hier, les gendarmes de la brigade fluviale et nautique de Port-Saint-Louis du Rhône ont pris possession de leur nouveau joujou. Photo Edouard Coulot Hier, les gendarmes de la brigade fluviale et nautique de Port-Saint-Louis du Rhône ont pris possession de leur nouveau joujou. Eux qui avaient l’habitude de patrouiller avec un semi-rigide de 6,20 mètres [...]

Hier, les gendarmes de la brigade fluviale et nautique de Port-Saint-Louis du Rhône ont pris possession de leur nouveau joujou.
L'adjudant-chef Christophe Carteron, commandant la brigade fluviale et nautique de Port-Saint-Louis, découvre

Photo Edouard Coulot

Hier, les gendarmes de la brigade fluviale et nautique de Port-Saint-Louis du Rhône ont pris possession de leur nouveau joujou. Eux qui avaient l’habitude de patrouiller avec un semi-rigide de 6,20 mètres vont désormais disposer d’une nouvelle vedette de 11 mètres dernière génération. Un engin qu’ils vont apprendre à dompter ces prochains jours avant une mise en service très rapide, peut-être même dès la semaine prochaine pour des contrôles de navires commerciaux sur le Rhône.

Un moment que les hommes de Port-Saint-Louis, mais aussi ceux de Martigues, les deux unités nautiques travaillant de manière coordonnée, attendent avec un brin d’impatience, tant ce nouvel outil de travail va les aider.

« Ce n’est plus un bateau de plaisance adapté tant bien que mal aux besoins de la gendarmerie, là on est allé chez un professionnel, le chantier naval UFSAT en Bretagne, c’est pensé pour nous, et c’est un moyen lourd qui manquait sur le secteur, relève le capitaine Laurent Gigneys, officier nautique de la région de gendarmerie Paca et de la zone de défense de sécurité sud (qui regroupe le Languedoc-Roussillon, Paca et la Corse, Ndlr). Dans une région où il se passe tellement de choses sur l’eau et sous l’eau, on en avait besoin. L’avantage d’avoir une embarcation de ce type, c’est qu’elle est à la fois fluviale et maritime, qu’elle convient parfaitement à la Camargue, puisqu’elle a un faible tirant d’eau et peut donc naviguer sur des zones de faible profondeur. Il y aura aussi une efficacité accrue, avec plus d’heures en mer et des sorties par tout temps, alors qu’auparavant selon la météo on était obligés de rester dans des zones abritées. »

Mais le navire, dont le terrain d’intervention va du golfe de Fos jusqu’à la Camargue gardoise, sans oublier grand et petit Rhône, a encore bien d’autres qualités. Sa vitesse, d’abord. Propulsé par deux moteurs de 315 chevaux couplés à deux turbines hydrojets (pas d’hélice, donc) il peut atteindre les 34 noeuds, soit environ 70km/h. Sa solidité, ensuite, puisqu’il est tout en aluminium. Et son côté pratique : des commodités et un rafraîchisseur d’air pour ne pas cuire dans la cabine en alu pendant l’été…

Des éléments qui autorisent le rallongement du temps de patrouille, d’autant que le bateau possède une grande autonomie.

« La protection des personnes sur l’eau, c’est vraiment une des missions de la gendarmerie, on a du boulot à faire, souligne le capitaine Gigneys. La mer est devenue un espace de liberté, un terrain de jeu avec les jet-skis par exemple, on doit faire respecter les règles.Pour la dernière saison estivale, la brigade de Port-Saint-Louis compte 705 heures d’intervention sur l’eau, avec 294 navires contrôlés et un peu plus de 200 procédures. Les résultats sont déjà bons, mais ils ne peuvent que s’améliorer« , conclut l’officier.

Christophe VIAL

Le Telegramme 4 octo 2012 page 1

a-la-1-Telegramme-4112012-p1

Article de presse : Le Telegramme 4 octo 2012 page 1

Article de presse : Le Telegramme 4 octo 2012 page 1 more

Article Ouest-france du 04/11/2012

a-la-1-ouest-france-4:11:2012

Plexaure; la nouvelle vedette rapide pour la gendarmerie

Plexaure; la nouvelle vedette rapide pour la gendarmerie
more

Accueil > Actualité > actualité

Rechercher


Top